• Manon Stas

Envie de changer de job… mais pour quoi faire ?

Dans un précédent article intitulé « Envie de changer de job : comment oser ? », nous avons questionné les raisons de cette envie de changement. Environnement toxique, ambitions non rencontrées, manque de reconnaissance, situation personnelle… ne sont que quelques-unes des étincelles qui peuvent allumer l’envie d’évoluer d’un point de vue professionnel. Nous avons également bénéficié des conseils de Marie-Ange Boisramé pour oser sauter le pas.


Mais se pose alors la question : « Changer de boulot, oui, mais pour quoi faire ? ». Grâce à l’expérience de coach de Marie-Ange Boisramé, nous avons identifié quelques étapes qui peuvent participer à initier notre réflexion.



Comment élaborer un projet de reconversion épanouissant ?


Pour Marie-Ange Boisramé, quel que soit le secteur ou le modèle professionnel, l’important, c’est de partir de soi. Une réelle lisibilité de qui on est, quels sont nos talents, nos compétences, nos limites, nos valeurs…, voilà ce qui va nous permettre de nous aligner avec des perspectives professionnelles, que ce soit dans le domaine de l’entrepreneuriat ou du salariat. La coach donne quelques conseils pour ce faire.


1. Se poser des questions


Pour trouver une direction épanouissante, un peu d’introspection s’impose :

- À quoi est-ce que j’aspire ?

- Quelle est ma raison d’être ?

- Quelles sont mes intentions et mes ambitions ?


Ensuite, on peut aller au-delà de soi-même pour se poser des questions plus larges, comme :

- Quelle est ma mission dans la vie, quelle trace ai-je envie de laisser ?

- Pour quoi ai-je envie d’être reconnu par mes proches, ma ville, mon pays… ?

- Qu’est-ce que cela pourrait satisfaire en moi ?



2. Faire un bilan de compétences


Une étape plus pragmatique peut être de faire un bilan de compétences pour analyser nos aptitudes, notre motivation, nos ambitions… d’un point de vue professionnel et personnel. L’objectif est généralement d’opérer un changement postérieur, que ce soit une réorientation, une période de formation, une évolution professionnelle…


Marie-Ange Boisramé apprécie aussi le principe japonais de l’Ikigai qui correspondrait au concept de « raison d’être » et irait plus loin que le bilan de compétences. L’objectif est d’identifier ce qui se trouve au carrefour de :

- Ce qu’on aime, ce qui nous anime,

- Ce pour quoi on est doué, nos talents (qu’ils nous procurent du plaisir ou non),

- Ce dont le monde a besoin,

- La valeur appropriée pour la mise à disposition de ces talents.


Ce qui nous attend au bout de cet exercice ? Mettre le doigt sur une activité professionnelle qui a du sens pour nous et qui va être source d’épanouissement quotidien.


3. Faire une étude de marché


Une fois qu’on a clarifié la direction dans laquelle on souhaite aller, il peut être utile d’étudier les acteurs, les valeurs, la culture… des entreprises du secteur qui nous intéresse, de façon à identifier celle qui va nous correspondre au mieux.


Cependant, ce chemin peut être difficile à suivre seul, lorsqu’on s’apprête à faire un saut dans l’inconnu. C’est pourquoi il est également possible de se faire accompagner par un professionnel habilité à révéler notre potentiel et à nous guider dans nos démarches.



N’hésitez pas à contacter Marie-Ange Boisramé si vous êtes à la recherche d’une coach pour débuter votre nouvelle vie.


Article rédigé par la plume de Manon Stas

36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout